Accès à l'Extranet client
Menu

Marge d'erreur des éthylomètres : il faut savoir compter !

Marge d'erreur des éthylomètres : il faut savoir compter !

M. X a été poursuivi pour avoir conduit un véhicule automobile sous l'empire d'un état alcoolique caractérisé par la présence, dans l'air expiré, d'un taux d'alcool de 0,41 mg/l.

Il s’agissait donc d’un délit.

Monsieur X sollicitait toutefois devant la Cour d’appel de Toulouse la requalification du délit en contravention, en faisant valoir que, compte tenu de la marge d'erreur de 8% de la valeur mesurée par un éthylomètre, prévue par l'article 3 du décret du 31 décembre 1985, devenu l'article 15 de l'arrêté du 8 juillet 2003, pour les concentrations comprises entre 0,40 mg/l et 2 mg/l, le taux d'alcool devait s'établir à 0,377 mg/l.

Et oui : 0,41 –  8% = 0,377.

C’est alors une contravention.

Pour rejeter cette argumentation, l'arrêt énonce que, s'il y a bien lieu de prendre en considération la marge d'erreur de 8% susvisée, le taux d'alcool s'établit, après correction, à 0,402 mg/l, ce qui caractérise le délit de conduite sous l'empire d'un état alcoolique.

Selon la Cour de cassation en se déterminant ainsi, la cour d'appel, qui a fondé sa décision sur des motifs entachés d'une erreur de calcul portant sur une circonstance essentielle, n'a pas justifié sa décision.

L'arrêt est cassé.

Conclusion : en la matière, il faut savoir compter !

Source : Crim. 6 mai 2014, n°13-84.208

 

 

Publié le 24/06/2014

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire
(copiez le numéro situé à gauche dans cette case)
Publier